AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

↳ personnages attendus

Bienvenue à Bowen, petite ville côtière du Nord-Est de l'Australie, abritant moins de 7 000 habitants. Si vous recherchez le calme, la bonne humeur et la joie de vivre, vous serez au paradis. Tous les habitants vous le diront, Bowen est l'endroit idéal pour se ressourcer. Et puis ne vous inquiétez pas pour l'intégration, ici tout le monde se connaît et les habitants adorent accueillir les nouveaux. › suite.

Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : la prochaine extension Pokémon sera EV6.5 Fable ...
Voir le deal

 

 take my hand, take my whole life too (sahar)

Aller en bas 
2 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 3 Mar 2024 - 16:28

Pourtant, il se serait avéré plutôt ambitieux d'imaginer que votre relation se serait octroyée une tournure toute particulière, au vu des circonstances qui n'avaient un temps, cessé de la rythmer. Vous n'aviez tout le long cessé de vous disperser, campant chacun au détriment d'une idéologie profondément différente. Toi la première, tu ignorais ce qui t'eut poussé à baisser la garde, au point de te rapprocher dangereusement de ce dernier. Autant l'avouer immédiatement, rien n'avait été prémédité, et qu'on le croit ou non, votre mariage non plus. De toutes les étapes venues se succéder au fil des mois, aucune d'entre elles, n'avaient été planifiées à l'avance. Chacun de vous demeurant sur une planète relativement différente du commun des mortels, vous percutiez tout bonnement à votre rythme, même s'il se révélait potentiellement précipité. Le fait était que, tu agissais essentiellement selon ton propre instinct, et non pas au regard des traditionnelles convenances, que tu considérais systématiquement comme rétrogrades. Tu savais pertinemment que ta propre famille n'approuvait jamais cette vision bien particulière d'un tel évènement. De celle qui consistait notamment, à ne pas attendre des lustres pour t'unir à l'autre, et à le faire qui plus est, à l'endroit où la débauche et la démesure régnaient considérablement en maître. Et même s'ils furent très tôt accoutumés à tes frasques les plus orientées, autant l'avouer, celle-là, s'avérerait de loin la pire. Pour sûr, que si tu leur révélais la véritable raison de votre urgence, ils refuseraient catégoriquement de garder vos animaux le temps du voyage. Raison pour laquelle, malgré une légèreté de façade, et quelques ripostes lancées avec fluidité avant votre départ, tu n'en restais pas moins soucieuse. Vous auriez en effet, tout le temps nécessaire de railler de ce qui vous attendez une fois sur place, ainsi que de tes sous-entendus éventuels, lorsque tu prétendrais user de séquestration, en cas d'opposition. Mais pour l'heure, vous voguiez déjà en direction du domicile de tes parents, que tu avais d'ailleurs, jugé préférable de ne pas avertir au préalable. Forcée de constater, qu'en vous pointant à l'improviste, vous ne leur laissiez pas vraiment le choix que de faire avec, quitte à fabuler, quant à la durée de votre séjour. Le félin immobilisé contre toi, il n'avait pas fallu longtemps une fois dans le véhicule, pour que ta main encore libre, retrouve le chemin jusqu'à la sienne. Et comme à votre habitude, vous paressiez incapable de ne pas formuler des prémices relativement tendancieux en évoquant l'éternité du trajet à venir. Sans la moindre surprise, il restait évident, que tu n'aurais pas pour vocation de demeurer le plus irréprochable possible jusqu'à votre arrivée, de toute manière, tu en étais tout simplement incapable. « Je compte effectivement sur toi, pour ça. » Admis-tu ouvertement, tout en le gratifiant d'un clin d'oeil complice, qui en disait long, quant à toutes les pensées profondément salaces, susceptible de te traverser l'esprit à ce moment-là. Indéniablement obsédée par ton amant, tu t'étais tout naturellement fait à l'idée, de ne pouvoir endiguer à tes penchants les plus subjectifs, malgré des circonstances, pas toujours opportunes. « J'te mentirai si j'disais que j'avais pas hâte de voir cette bague orner ton annulaire. » Poursuis-tu, une moue visiblement espiègle illuminant la quasi-intégralité de ton visage, tandis que tu resserras discrètement ton étreinte au niveau de sa main. Toutefois, et en moins de temps qu'il n'avait fallu pour le dire, le véhicule fit déjà son apparition dans l'allée menant directement au logement de tes parents, le canidé, commençant à l'arrière, à s'agiter, en reconnaissant les lieux. Fidèle à lui-même, Levi, ne se détournait jamais de toi, pas même lorsque les conjonctures ne jouaient pas en votre faveur. Que la situation s'avère tout bonnement ordinaire, ou profondément merdique, il restait et endossait le rôle de supporter comme personne d'autre. « Tu sais que t'es pas obligé de t'infliger ça. » Soufflas-tu, même s'il restait de loin le mieux placé pour savoir que sa présence, t'était généralement indispensable. Et en l'espace de quelques secondes seulement, Luke se trouvait quant à lui, déjà sur le seuil de la porte d'entrée, tandis que Salem, toujours positionné contre toi, découvrait l'endroit, pour la première fois. Et dans les faits, il serait là-aussi fabuler de prétendre, que tu ne redoutais pas une cohabitation compliquée, durant la durée de votre séjour. « Ça ira mieux, quand on se sera tirés de là. » Répondis-tu, sourire crispé, l'anglais ne tardant pas à presser le bouton de la sonnette pour avertir tes géniteurs, d'une arrivée plus que jamais inopinée. Probablement alertés par l'arrivée d'une voiture devant leur entrée, ton paternel fit spontanément son apparition dans l'encadrement, semblait-il, interloqué par l'urgence de la situation, et l'animal prostré dans tes bras. « On a besoin que vous nous gardiez les animaux pour quelques jours. » Avouas-tu sèchement, Luke se faufilant hâtivement à l'intérieur de l'habitation, après avoir chaudement salué le propriétaire des lieux. « Qu'est-ce qu'il se passe? » Demanda-t-il tout naturellement, face à la vision plutôt chaotique qui s'offrait momentanément à lui. « Le chat aussi? » Vint-il à nouveau renchérir, avant de se saisir de lui-même du félin dans la foulée, ton faciès arborant aussitôt un froncement presque ahuri. « On a une urgence de dernière minute, du coup, vous étiez notre dernier recours. » T'ignorais si ce dernier était allé jusqu'à vous soupçonner de ruminer un plan potentiellement foireux, selon lui, mais forcée de constater, que tes supplications semblèrent néanmoins porter ses fruits. « Ta mère s'est absentée, vous voulez rentrer? » Ta tête pivotant en direction de ton favori, tu secouas cette dernière vigoureusement en guise de réponse. Cependant, et même à cet instant précis, tu paraissais t'en remettre une fois de plus, à l'approbation de ton amant, et ce qu'il estimait ou non, être le plus judicieux. Concernant les décisions, quelles qu'elles soient, tu jugeais préférable de les lui léguer, qu'importe s'il s'agissait-là de tes parents. Mais toi, tout ce à quoi tu aspirais actuellement, c'était plus que jamais de t'barrer suffisamment loin, accompagnée uniquement de ton humain favori.


__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 3 Mar 2024 - 20:41


Pour autant, Levi était incapable de regretter le parcours, certes chaotique, qui les avait mené l’un à l’autre, conscient de son unicité, et aussi de sa force. Parce-qu’ils avaient connu les tréfonds des enfers, y vagabondant pendant une longue période, ne pouvant compter que l’un sur l’autre. Et c’était sûrement à cette période charnière qu’ils avaient réalisé combien il leur était désormais impossible d’imaginer leurs existences l’un sans l’autre. Plus que jamais épris de Sahar, Levi n’envisageait plus rien sans elle, éperdument amoureux de son âme, aussi torturée que la sienne, et qu’il s’évertuerait à panser pour le restant de ses jours. Peu importait si le commun des mortels jugeait leur engagement comme étant prématuré, eux qui n’avaient certainement pas besoin de l’avis des autres pour céder à leurs envies. Et une fois encore, ils l’avaient prouvé, plus que jamais décidés à s’envoler pour Vegas, où ils prononceraient dans quelques heures leurs vœux d’éternité. Avant cela, ils devaient jongler avec leurs obligations, et notamment celle de la sécurité de leurs animaux qu’ils devraient confier aux parents de Sahar. Et si leur tactique semblait des plus vicieuses, ils avaient tous les deux exprimé le souhait de ne pas confier leurs compagnons de vie entre les mains de n’importe qui, quitte à devoir volontairement mentir quant à la raison de leur départ précipité. La fratrie au complet, ils s’étaient dirigés à quelques kilomètres de là, dans le quartier où résidaient les parents de la brune, leurs mains liées l’une à l’autre pour se rappeler que dans quelques heures, ils seraient officiellement unis. « Tu peux. » Renchérit-il, captant le clin d’œil complice de sa favorite, ses doigts se mouvant contre les siens avec tendresse, son sourire exprimant tout ce qu’il pouvait ressentir à la seule idée d’imaginer leurs alliances orner leurs doigts. « Une fois qu’elle sera en place, elle bougera plus jamais. Comme la tienne. » Affirma-t-il, plus convaincu que jamais que leur union serait éternelle, parce-qu’il n’imaginait absolument rien sans Sahar, persuadé que le monde n’était pas viable sans elle. Levi jeta un coup d’œil dans le rétroviseur au moment où il franchit l’impasse les menant jusqu’à la demeure familiale, amusé par la réaction immédiate de Luke qui avait reconnu les lieux tandis que Salem restait lové dans les bras de sa maîtresse. « C’est notre décision à nous deux. J’te laisse pas tomber. » Renchérit-il, d’un ton ferme, qui n’exprimait pas la moindre hésitation, Levi prenant lui-même les devants pour sortir de la voiture, ses bras chargés des affaires qui seraient indispensables pour les animaux, avalant les quelques pas qui les séparaient de la porte. Il lui adressa un dernier regard entendu, presque rassurant, en attendant que quelqu’un ne vienne leur ouvrir la porte. Et à peine son paternel fit son apparition que Sahar rentra dans le vif du sujet, mentionnant cette urgence qui les avait poussé à venir jusqu’ici, avec leurs animaux. Il hocha la tête, son regard suivant Luke qui disparut aussitôt à l’intérieur du domicile, Salem passant des bras de Sahar à ceux de son père, alors qu’elle resta volontairement silencieuse quant à la vérité qui les poussait à quitter le territoire. Ses yeux retrouvèrent ceux de sa favorite à la question de l’homme, comprenant qu’elle cherchait à connaître son avis, bien qu’il était évident qu’ils n’avaient aucunement envie de s’éterniser davantage quand leur mariage les attendait à l’autre bout du monde. « Ça aurait été avec plaisir mais on est vraiment pris par le temps. Encore merci pour les animaux. » Ajouta-t-il, accordant un regard bienveillant à celui qui serait officiellement son beau-père à leur retour à Bowen. Il s’agenouilla pour caresser Luke, lui accordant quelques attentions avant le grand départ, se redressant la seconde suivante pour en faire de même avec Salem. « Soyez sages. » Dit-il en faisant mine de s’adresser à leurs compagnons à quatre pattes, sa main trouvant refuge contre celle de sa promise. « On y va ? » Murmura-t-il à son attention, ses doigts se liant instinctivement aux siens, eux qui étaient désormais libres de rejoindre l’aéroport pour sceller leur amour de la manière la plus officielle qui soit.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyLun 4 Mar 2024 - 0:55

Autant l'admettre immédiatement, tu ne demeurais pas particulièrement convaincue, quant à l'éventualité pour que la raison de votre départ, reste longtemps méconnue. À l'inverse, et même si vous aviez cessé de fréquenter le monde entier depuis, vos promesses d'engagement finiraient tôt ou tard par remonter aux oreilles de ta propre famille, et potentiellement à celles, de tous ceux que tu avais volontairement laissé derrière toi. Et quand bien même, tu pourrais tenter de désamorcer le désastre clairement amorcé, subsistaient des emblèmes qui ne tromperaient personne, et certainement pas tes parents. Difficile effectivement, d'imaginer qu'ils s'avèreraient potentiellement susceptible tous les deux de ne rien deviner du stratagème ornant prochainement vos annulaires respectifs. Le fait était que, en épousant Levi, tu ne faisais que volontairement détériorer le semblant de relation qui s'était jusqu'ici, efforcé de perdurer. Après avoir essuyé quelques-unes de tes frasques les moins élogieuses depuis ton adolescence, tu n'étais pas sans savoir, que celle-là, s'apparenterait littéralement à un coup de grâce définitif. Non seulement, tu ne respectais quasiment aucune des formalités imposées par le mariage sous sa forme la plus puritaine qu'il soit, que tu faisais volontairement le choix d'écarter chaque membre de ta propre fratrie. De toute évidence, tu ne jurais plus que par l'anglais. Le peu de décisions que tu t'octroyais le concernait, autrement elles restaient essentiellement soumises à son approbation. Ton existence toute entière ne tournait plus qu'autour de la sienne, et ce besoin profondément substantiel de l'aimer, bien au-delà des limites. Outre le fait que tu n'avais rien changé de tes accoutumances les plus délétères, tu étais néanmoins devenue, une partenaire dévouée, et plus que jamais disponible. Naissait également dans la foulée, cette obsession relativement conséquente à l'égard de ton favori, auquel tu n'accordais quasiment aucun répit. Tes envies de lui incontrôlables, qui hésitaient rarement à se manifester au moment le moins opportun. De ce fait, ton unique motivation, semblait grandement se résumer à ton futur époux, qui de son côté, te le rendait plutôt bien. Ta main lovée dans la sienne jusqu'à votre première destination, tu te nourrissais constamment de ces échanges à première vue futiles, mais qui te permettaient sans l'ombre d'un doute de dédramatiser n'importe laquelle situation. Et si tu aimais Levi pour une multitude de raisons toutes confondues, tu ne pouvais demeurer insensible face à cette volonté profondément assumée, de ne jamais se détourner de toi, peu importe à quel point les circonstances paraissaient merdiques. Comme à cet instant précis, lorsque votre véhicule s'apprêtait déjà à franchir l'allée principale menant directement au domicile de tes parents. Forcée de constater, qu'il en restait au moins un, qui se réjouissait de revenir par ici, si on se fiait à l'agitation qui émanait aussitôt de ton canidé, sur les sièges arrières. Et bien que tu ne l'aies pas directement admis, la présence de ton partenaire à tes côtés, se révélait d'un soutien indispensable. Et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, ce fut ton paternel qui fit son apparition parmi l'encadrement de la porte d'entrée, gratifié d'un éloge indescriptible de la part de Luke, qui s'évapora presque aussi précipitamment à l'intérieur de l'habitation. Et si la situation avait très rapidement tourné en votre faveur, tu ne le devais qu'à l'absence de la matriarche, avec laquelle tu entretenais des rapports, tout juste cordiaux. Et si c'était la première fois que ton géniteur découvrait Salem, tu avais immédiatement su à sa façon de s'en saisir, que tu n'aurais aucun souci à te faire durant le voyage. Sans surprise également, ton paternel vous invita à rentrer, même s'il n'était évidemment pas question vous concernant, de vous éterniser. Secouant vigoureusement la tête en guise de réponse, tu fis aussitôt pivoter cette dernière en direction de ton amant, dont tu attendais essentiellement l'approbation, soulagée plus que jamais, de constater que vous partagiez un avis identique sur la question. « Fais gaffe à Salem, il a son caractère. » Gratifiant à ton tour vos deux compagnons de quelques caresses plutôt affectueuses, tu fis volontairement le choix de ne pas t'attarder là non plus, en tirant dans la foulée sur la main de l'anglais, qui venait à peine de recouvrer le chemin jusqu'à l'une des tiennes. Adressant un dernier regard étonnamment bienveillant à l'attention du patriarche, tu invitas aussitôt Levi à t'emboiter le pas jusqu'à la voiture, libres désormais, de voguer en direction de l'étape la plus décisive de vos vies. « On y va. » Répétas-tu, juste après ce dernier, tandis que tu regagnais déjà l'habitacle, côté passager. « Donc là, on va vraiment s'marier. J'arrive pas à penser à autre chose. » Vins-tu t'exclamer, visiblement excitée par cette réalité, qui ne réjouirait assurément que vous. « Putain, on va vraiment s'marier. » Continuas-tu de glousser, avant que tes pulpeuses ne s'empressent de percuter les siennes sans la moindre délicatesse, à son retour dans le véhicule. « Tu crois qu'il s'est douté de quelque chose? » L'interrogeas-tu faussement concernée, incapable de lui dissimuler ton enthousiasme, et priant intérieurement pour que le trajet jusqu'à l'aéroport ne dure pas une éternité.  

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyMer 6 Mar 2024 - 23:47

Il était pour l’instant préférable de ne pas s’éterniser sur les conséquences qui découleraient de leur escapade improvisée à l’autre bout du monde, même s’il était évident que leur union finirait par être découverte à un moment ou à un autre. Et il fallait croire que Levi dissimulait encore les craintes qu’il pouvait ressentir vis-à-vis de la famille de sa promise, comme s’il savait d’ores-et-déjà que la rupture serait actée entre les liens familiaux. Si de son côté, les pertes ne seraient jamais aussi importantes, il redoutait que Sahar ne vienne à regretter d’avoir franchi cette étape sans en avoir informé les membres de son clan. Ils le savaient pourtant pertinemment, qu’il leur était impossible de dévoiler la raison de leur départ subit, au risque de ne pas pouvoir confier leurs animaux aux seules personnes de confiance qu’ils connaissaient. Parce-que leur départ ne dépendait finalement que de ça, eux qui n’avaient jamais été aussi proches de prendre leur envol pour rejoindre la terre où ils s’uniraient. Sa main accueillant la sienne, Levi s’était rapidement occupé de lui faire comprendre qu’il serait à ses côtés dans chacune des étapes de leur vie, des plus cruelles et compliquées, jusqu’aux plus légères, lui qui s’était promis d’être son pilier dans n’importe quelle situation. Et jamais il n’avait pensé, ne serait-ce qu’une seule seconde, à l’abandonner au seuil de la porte pour la laisser trouver les explications qui convaincraient son paternel de prendre en charge leurs animaux. S’il n’avait pas amorcé de lui-même la conversation, il se tenait tout de même à ses côtés, leurs mains liées, observant Luke se précipiter à l’intérieur de l’habitation qu’il semblait déjà connaître, quand Salem paraissait bien plus méfiant en passant des bras de sa maîtresse à ceux d’un parfait inconnu. Et à ce premier contact, Levi eut la confirmation qu’ils n’avaient aucune crainte à se faire quant à la sécurité de leurs animaux pour les jours à venir, n’ayant aucun doute sur le fait qu’ils seraient à leur aise au sein de la famille de Sahar. Et si l’homme face à eux semblait éprouver une surprise compréhensible au vue de cette venue quasi improvisée, il n’en restait pas moins réceptif quant à cette urgence qu’ils évoquaient, proposant tout de même quelques minutes au calme à l’intérieur de la demeure. Presque instinctivement, Levi croisa le regard de sa favorite, lui faisant silencieusement savoir qu’ils ne devraient pas s’éterniser, risquant de s’exposer à des questions qui mettraient en danger leur alibi. Et il était évident qu’après avoir fait le plus dur, il aurait été stupide de ne pas s’évader au plus vite, alors que plus rien ne les retenait désormais à Bowen. Et ce fut à cet instant précis que Levi s’interposa, pour décliner la proposition du père de Sahar, accordant dans la foulée quelques caresses aux animaux pour amorcer leur départ imminent. Le cœur tambourinant, il ne parvenait qu’à songer aux heures de vol qui les attendaient et à ce mariage qu’ils avaient tant désiré, sa main tirant discrètement sur celle de la brune lorsqu’elle eut à son tour salué leurs fidèles compagnons. « Tu vas enfin être à moi, officiellement. » Murmura-t-il, à peine conscient du fait que l’éclat de son regard n’avait jamais été aussi brillant, lui qui ressentait cette excitation grandir et s’étendre au fil des minutes. « Je sais, j’ai tellement hâte, si tu savais. » Souffla-t-il, ses lèvres accueillant les siennes dans un échange évocateur de leur fougue, prolongeant le baiser autant qu’il le put. « J’en sais rien. Tout ce qui compte, c’est que les animaux soient en sécurité et que moi… j’puisse t’épouser. » Murmura-t-il, répétant une énième fois ce fait qu’ils s’apprêtaient à accomplir ensemble, alors qu’il redémarra le moteur en direction de l’aéroport qu’ils atteignirent en quelques minutes, l’excitation montant encore d’un cran lorsqu’il récupérèrent leurs bagages dans le coffre. « Me regarde pas comme ça, tu sais que c’est déjà assez dur pour moi comme ça. » Dit-il, en percevant le regard de sa partenaire sur lui, qui peinait déjà à ne pas lui sauter dessus alors que son corps entier lui criait de le faire.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyJeu 7 Mar 2024 - 11:58

Mieux que personne tu restais la mieux placée pour savoir que votre union, ne ferait certainement pas l'unanimité. Et même s'il avait été évident que les circonstances n'avaient pas raisonné exactement de cette manière, il s'avérait dorénavant, question que d'un choix à faire. Une décision relativement conséquente, entre la famille que l'on t'avait attribué avant même, ou celle que tu concevais par toi-même, directement au côté de ton amant. Autant l'avouer, tu n'étais même pas allée jusqu'à t'interroger, après tout, ça n'était pas comme si tu n'entretenais pas déjà, des rapports tout juste cordiaux, concernant tes propres parents, notamment parce que tu ne comptais plus le nombre de fois qu'ils avaient gardé tes animaux, durant tes échappées à l'étranger. Mais cette fois, tu ne pourrais le nier, le motif imputé à votre départ visiblement précipité, engendrerait une détérioration considérable du peu de neutralité qui s'était jusqu'ici, efforcé de perdurer. Cependant, il n'était pas question pour toi de laisser les autres influencer tes propres envies, sous prétexte essentiellement, qu'elles semblaient lunaires. Le fait était que, tu souhaitais plus que jamais, ne former qu'une seule et même entité avec ton partenaire, et que tu t'opposais ouvertement à ceux, qui prétendraient à quel point, ton choix relevait d'une pure folie. Raison notamment pour laquelle, tu n'avais pas hésité à fabuler ouvertement face à ton géniteur, profitant aisément de l'absence de sa femme, pour potentiellement l'amadouer. Forcée de constater, que les circonstances s'étaient rapidement révélées à votre faveur, si bien d'ailleurs, qu'en quelques minutes seulement, vous veniez de mettre un terme au premier casse-tête, qui avait été de faire garder vos fidèles compagnons. Gratifiant ces derniers de quelques caresses relativement affectueuses, tu te laissas plutôt rapidement influencer par la pression exercée par la main de ton partenaire contre la tienne. Vous élançant tous les deux à nouveau en direction de l'habitacle, tu hochas vigoureusement la tête en guise de réponse, lorsqu'il mentionna cette réalité, pour que cette fois, tu lui appartiennes de façon, bien plus officielle. Outre cette réalité, lui aussi demeurait à présent le point de devenir ta propriété privée, ce qui pour être totalement transparente, paraissait indéniablement te griser. Et tout juste installée du côté passager, tu accueillis sans plus tarder Levi, au détour d'une étreinte particulièrement échaudée, que tu aurais plus que jamais, souhaité prolonger le plus possible. Et même si les instants généralement peu opportuns, demeuraient manifestement ta came, cette fois, il restait essentiel de ne pas perdre une seconde. « Je t'aime. » Soufflas-tu, presque discrètement contre ses pulpeuses, avant de finalement te retirer la seconde d'après, impatiente d'atteindre l'aéroport de Bowen, où se trouvait votre premier vol qui vous mènerait tout droit jusqu'à Sydney. Ça allait effectivement nécessiter une certaine maîtrise de toi-même, ce qui, tu le savais, s'avérerait tout simplement un échec cuisant. Ce fut d'ailleurs, après ce qui s'apparentait à quelques minutes à peine, mais à une éternité selon toi, que débuta votre périple interminable sur le lieu de votre première mission. À, peine sortis du véhicule, bagages en main, que tes vaporeuses ne cessèrent en effet, de lorgner sur ce dernier, avec plus ou moins d'insistance. Il restait évident, que tu ne tiendrais pas la totalité du voyage, sans la moindre faille parmi le protocole. « Tu as conscience que d'une façon ou d'une autre, j'vais pas pouvoir attendre qu'on arrive à destination pour te sauter dessus? » Une lueur tentatrice s'emparant momentanément de tes iris, tu l'invitas dans la foulée à t'emboiter le pas en direction des itinéraires indispensables avant d'embarquer, visiblement enthousiaste. Fallait-il en conclure pour la première fois, que vous aviez été capables de ne pas vous retarder sous couvert de privilégier vos besoins primitifs, tel que c'était habituellement. Effectivement, en un temps record, vous étiez même parvenus à franchir les contrôles imposés, jusqu'à finalement n'avoir qu'à patienter jusqu'à l'affichage de votre vol. « T'es peut-être sur le point d'épouser une psychopathe, et tu le sais même pas. » Le cherchas-tu, une moue espiègle pointant parmi tes traits, pour certains, encore fatigués. Mais sans plus tarder, tes bras vinrent immédiatement l'encercler avec fermeté, tandis que ta bouche percuta une nouvelle fois la sienne, sans délicatesse. Si tu tentais encore de véhiculer un aspect parfaitement neutre, semblait néanmoins, se propager le brasier parmi tes entrailles, ce désir quasi-substantiel de renouer à votre traditionnelle proximité. « J'arrive pas à croire qu'un aéroport, m'aurait fait autant d'effet. » Raillas-tu de toi-même, ton étreinte autour de ton partenaire de resserrant davantage, directement sous les yeux parfois indiscrets, des futurs passagers. Parce que des autres, tu en avais rien à foutre Sahar, seul la présence de ton essentiel comptait véritablement, et accessoirement celle du pilote, sans lequel, vous n'iriez nulle part.      

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyJeu 7 Mar 2024 - 23:42

Il était plutôt clair qu’à en constater leurs agissements, Sahar et Levi ne semblaient pas vraiment se soucier de l’avis de ceux qui les entouraient, de près ou de loin, décidés à vivre uniquement l'un pour l’autre, quitte à en laisser le monde entier derrière eux. Et aussi étrange que ça puisse paraître, Levi ne s’était jamais senti aussi aimé et compris que depuis qu’il vivait dans sa bulle avec celle qu’il avait choisi pour l’éternité, se demandant encore comment il avait pu subsister avant elle. Aujourd’hui et plus que jamais, il savait ce qu’il désirait, ayant trouvé son essentiel dans tout ce que Sahar représentait, elle qui était parvenue à le bouleverser depuis les prémices de leur histoire, trouvant dans le creux de son âme torturée, le reflet de la sienne. Et Levi savait qu’il pouvait la panser, et il désirait être le seul à le faire, prêt à tout pour lui prouver qu’il en valait la peine. Il n’avait plus besoin de lui prouver combien son envie d’être définitivement lié à elle ne faisait que s’aggraver au fil du temps, au point même de le pousser à écouler l’ensemble de ses économies pour leur payer ce voyage qui les mènerait tout droit jusqu’à Vegas. Il ne leur avait d’ailleurs fallu que quelques instants pour organiser le premier arrêt devant la demeure des parents de Sahar, accompagnés de leurs fidèles compagnons qu’ils n’auraient jamais pu confier à des inconnus, même pour quelques jours. Même s’il avait été silencieux, le soulagement s’était invité parmi les traits de l’anglais en observant le père de Sahar accueillir sans sourciller les animaux au sein de son foyer, cette étape sonnant pour eux comme la garantie qu’ils pouvaient partir sereinement à l’autre bout du monde. Ils ne s’étaient d’ailleurs pas éternisés face au paternel, se réfugiant au plus vite dans l’habitacle du véhicule où ils prirent à peine le temps de réaliser qu’ils quitteraient Bowen dans quelques temps pour accomplir leur destinée. « Pas autant que moi. » Murmura-t-il, encore essoufflé par l’intensité de leur échange amoureux, qu’il s’était retenu de prolonger davantage, conscient qu’il aurait fini par en perdre le contrôle. Et ce ne fut qu’en quelques minutes qu’ils parvinrent jusqu’à l’aéroport, plus prêts que jamais à s’enfuir tous les deux, comme deux fugitifs en quête de liberté. « Et tu crois qu’en me disant ça, ça va me calmer ? » S’amusa-t-il, d’un air tout aussi provocateur et joueur qu’elle, ses yeux toujours plus insistants se baladant de son visage à ses courbes qu’il ne cesserait jamais de désirer. Pour autant, ils avaient tous les deux conscience qu’ils devraient a minima se tenir pour ne pas ruiner leurs chances de quitter le territoire, à cause d’une attitude inappropriée en lieu public. C’était la raison pour laquelle ils se soumirent aux différents contrôles sans broncher, l’excitation ne faisant que grimper alors qu’ils s’approchaient des portes d’embarquement. « Qu’est-ce que je l’aime alors, ma psychopathe. » Répondit-il, son regard espiègle plongeant dans le sien, ses bras l’accueillant au plus près de lui alors que sa bouche pressa avec avidité contre la sienne, l’encerclant un peu plus étroitement pour ressentir la chaleur émanant de son épiderme. « T’es sûre que c’est l’aéroport qui te fait cet effet ? » Murmura-t-il, tandis qu’une de ses mains s’amusa à se balader à la limite de sa chute de reins, passant volontairement sous sa veste et sous son haut pour effleurer sa peau. « J’me cherche pas d’excuse moi. J’ai juste envie de toi. » Souffla-t-il à la lisière de ses lèvres, alors que l’éclat dans les iris azurés de ses yeux ne laissait aucun doute quant à l’effet que pouvait lui procurer sa promise. Et ce fut d’ailleurs à ce même moment que l’annonce de l’embarquement résonna à travers l’aéroport, leurs mains se liant dans la foulée, pour avancer vers le dernier point de sécurité avant de rejoindre les couloirs qui les guideraient vers l’avion.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyVen 8 Mar 2024 - 18:42

Il était évident, que votre relation n'avait quant à elle, rien de véritablement ordinaire. Que ce soit dans la manière dont elle s'était déroulée au fil du temps, jusqu'aux évènements sur le point de se produire, il fallait admettre que vous n'aviez pas perdu de temps, pour vous débarrasser des formalités. Forte des conséquences que votre rapprochement avait auparavant engendré sur son passage, tu aurais du également savoir, qu'aller jusqu'à épouser ce dernier, ruinerait à tout jamais tes chances d'entretenir des rapports, même, tout juste juste cordiaux, avec le reste de ta famille. Le fait était que tu avais tout bonnement fait le choix de considérer Levi comme une priorité absolue, au risque de déclencher les pires cataclysmes. T'étais indéniablement prête à tous les sacrifices, dès l'instant où ils s'avéraient susceptible de l'impliquer, de près ou de loin. La menace semblait particulièrement inconsidérée, néanmoins, il serait fabuler d'affirmer que tu ne considérais pas déjà l'anglais comme ton unique entourage potentiellement viable. C'était un fait, votre histoire n'avait pas accumulé moulte ressource en terme notamment d'ancienneté, cependant, la loyauté de Levi en quelques mois seulement, dépassait de loin, l'entendement. Les actes de bravoure à ton égard, et la patience dont il continuait de faire preuve, malgré tes penchants les plus dévastateurs, en disaient long sur l'individu que tu t'apprêtais à épouser dans les heures à venir. Et si tu n'étais définitivement pas une partisane du mariage, sous n'importe laquelle de ses formes, tu détenais dorénavant la certitude, que t'unir à ton partenaire, se révélerait de loin, la meilleure décision de toute ta vie. Forcée de constater que lui-même partageait un avis similaire, sous prétexte qu'il demeurait à lui seul, l'instigateur du voyage qui s'amorçait, en direction de Vegas. Effectivement, en l'espace de quelques minutes, voire d'une heure tout au plus, vous aviez déposé vos animaux au domicile de tes parents, afin notamment, de les faire garder dans les meilleures conditions possibles, avant d'aussitôt vous rendre à l'aéroport de Bowen, d'où décollerait votre premier avion. Mais à peine veniez vous de fouler le sol de votre première destination, que s'firent la malle les premiers sous-entendus. Et la façon dont tu avais semble-t-il lorgné sur ton amant à votre arrivée, n'était manifestement pas passée inaperçue. Haussant mollement les épaules en guise de réponse, une lueur tentatrice venue inopinément traverser tes iris illumina jusqu'à tes traits les plus fatigués, tandis que tu invitas ce dernier à t'emboiter le pas jusqu'au bâtiment. Là non plus, il ne fut pas question de s'égarer, enchaînant enregistrement et passage obligatoire à la sécurité, à vitesse folle, ce qui vous permettrez de profiter d'une brève accalmie avant d'embarquer. Et ce fut exactement comme tel, que les circonstances s'étaient amorcées, une fois les différents contrôles passés. Tes bras, soudain, encerclèrent son buste, autour duquel ton étreinte parut significativement se resserrer au moment où tu évoquas la possibilité pour que Levi se soit avéré sur le point d'épouser une psychopathe. En témoigne certains des aspects les plus sombres de ta personnalité, il serait là aussi fabuler de prétendre, que tu ne demeurerais jamais en passe de le devenir. « Tu diras pas la même chose quand tu finiras menotté au lit, en mon absence. » Relevant ton regard en direction de son visage, tes pulpeuses ne s'étaient quant à elles, pas fait prier pour répondre favorablement au contact de ses siennes. De là, tu pointas faussement du doigt, l'influence de l'aéroport sur ton comportement envieux, consciente que tu ne tarderais possiblement pas à perdre patience, si tu ne parvenais pas à assouvir quelques-uns de tes désirs purement subjectif, dans les plus brefs délais. « J'dirai que c'est le mélange de toi, dans un aéroport. » Murmuras-tu à proximité de son visage, frissonnant immédiatement au contact de ses mains, venues trouver refuge contre tes reins, à même la chair. « Tu sais que ce que tu tentes de faire actuellement, c'est tout sauf une bonne idée? » Admis-tu, consciente quant à l'éventualité pour que l'anglais, ait été le mieux placé pour savoir que te tenter immédiatement, s'avérait comparable à un risque incommensurable. Si ça ne tenait qu'à toi, ça fait bien longtemps que tu l'aurais déjà désappé, toutefois, ce fut sans compter l'annonce inopinée, venue vous avertir du début de l'embarquement pour tous les passagers. En l'espace de quelques secondes, alors que vos mains ne manquèrent pas l'occasion de renouer à celle de l'autre, débutait une marche, parmi le long corridor menant directement à l'habitacle. Et toujours sans retirer tes doigts des siens, tu déambulas à l'intérieur de l'avion, en direction de vos places respectives, laissant sans la moindre hésitation, celle côté hublot, à ton favori. « T'aurais pensé qu'on en arriverait là, la première fois que tu m'as rencontré? » L'interrogeas-tu tout en le gratifiant dans la foulée d'un coup d'oeil complice, ta main percutant sa cuisse, contre laquelle tu pressas fermement. Vous n'étiez plus très loin de votre premier décollage à présent, et tu le savais, la durée du trajet, moindre en comparaison du prochain, n'adoucirait rien de ton impatience, qui paraissait ouvertement se manifester à travers une nervosité carrément palpable. Un mélange d'excitation qui comprenait tes envies les plus incandescentes, et cette volonté de t'unir à Levi, le plus rapidement possible.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptySam 9 Mar 2024 - 1:53


Peu importait s’ils déchaînaient les passions, s’ils finissaient par se mettre l’univers à dos à cause de leurs choix peu conventionnels, ils restaient les plus à même à savoir ce qu’ils désiraient l’un pour l’autre, et les premiers à choisir la voie que leur dictait leur cœur. Et Levi, il n’en avait que faire de passer pour le premier des cinglés, n’attendant certainement pas l’avis d’autrui pour officialiser la relation si intense qu’il entretenait avec Sahar. Ce n’était d’ailleurs certainement pas les rumeurs qui couraient sur leur histoire qui l’arrêteraient, lui qui n’accordait aucune importance à ce qui se tramait en dehors de la bulle dans laquelle il s’enfermait depuis quelques mois avec celle qu’il aimait démesurément. Et si l’anglais n’avait aucun mal avec l’idée de s’isoler pour le restant de ses jours avec Sahar, il appréhendait tout de même la cassure que pourrait engendrer leur union dissimulée avec les membres de sa famille, avec lesquels elle n’entretenait certes pas, des rapports privilégiés. Il espérait au fond que les dégâts ne soient pas aussi irréparables qu’ils ne le laissaient penser, lui qui désirait avant tout que Sahar ne regrette pas cette décision improvisée. Pour le moment, il fallait croire que seule l’excitation semblait subsister, effaçant le reste sur son passage alors qu’ils avaient rejoint l’aéroport, exaltés par ce périple qui les attendait et qui mettrait aussi à rude épreuve, leur patience. Ils décidèrent de ne pas se laisser davantage tenter l’un par l’autre, quand bien même la tâche s’annonçait plus que compliquée, entreprenant les premières étapes qui les mèneraient jusqu’à leur porte d’embarquement, alors qu’ils se défirent des contrôles de sécurité nécessaires. À peine les portiques franchis qu’ils trouvèrent refuge dans les bras de l’autre, au milieu des autres voyageurs, le temps de quelques baisers volés, l’épiderme de Levi se réchauffant considérablement au contact de Sahar. « À quel moment c’est censé me repousser ? » S’amusa-t-il, ses pulpeuses se jouant ouvertement des siennes, alors que l’une de ses mains enroulées autour de son corps s’était lentement faufilée dans l’obscurité de son haut, pour effleurer son épiderme à nu. « Et t’es en train d’imaginer tout ce que je pourrais te faire si on était rien que tous les deux ? » S’acharna-t-il, conscient qu’il se torturait autant qu’elle en rentrant de la sorte dans son jeu, sa main remontant le long de son échine, retraçant le dessin de sa colonne vertébrale. « J’fais rien du tout. » Chercha-t-il à se dédouaner, bien qu’il était évident qu’il jouait avec le feu et qu’il manquait à chaque seconde de s’y brûler. L’envie de pousser le vice à son paroxysme lui avait traversé l’esprit bien plus d’une fois avant que l’annonce de leur embarquement ne vienne les interrompre, eux qui prirent place dans l’avion, main dans la main, comme s’ils refusaient de se lâcher, même une seule seconde. Amusé par la volonté de sa favorite de lui laisser la place côté hublot, il s’installa en premier, observant Sahar l’imiter dans la foulée, sa main se superposant à la sienne, placée sur sa cuisse. « J’pensais surtout pas que t’aurais pu être intéressée par moi d’une quelconque façon. » Pouffa-t-il, se remémorant sans mal leurs débuts chaotiques, à peine cordiaux, au sein du Wojna’s. Son bras se déploya dans la foulée, incitant Sahar à venir se réfugier au plus près de son corps, plus que jamais désireux de ne laisser aucun centimètre ne les séparer. « T’avais imaginé que l’emmerdeur du Wojna’s deviendrait ton futur mari, toi ? » Murmura-t-il, profitant de leur proximité pour déposer un baiser sur sa tempe, ses doigts jouant avec les siens, finissant par les entremêler dans un geste amoureux, qui ne laissait aucun doute quant à la façon dont il lui était entièrement dévoué.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptySam 9 Mar 2024 - 14:33

Le dévouement de Levi, s'avérait tel, que tu n'avais eu d'autres choix de régenter toi aussi, la plupart de tes comportements. En ligne de mire, notamment, certains des aspects les plus tumultueux de ta personnalité, et plus précisément, ton rapport aux autres. Si tu n'étais effectivement pas en mesure de modifier entièrement le contenu, ou plus généralement, le lien étroit que tu entretenais là-aussi, avec quelques-unes des substances considérées comme plus ou moins nocives, tu avais cependant fait en sorte, d'adoucir considérablement tes attitudes souvent dépeintes comme, réfractaires, et potentiellement ingérables. Qu'il se soit avéré ou non judicieux de l'admettre, l'anglais exerçait te concernant une influence profondément évidente, qui t'poussait indéniablement à faire preuve de davantage d'obéissance, et dans le pire des cas, de discipline. Sans même le réaliser, tu avais tout simplement fait de ton partenaire une priorité absolue, l'élément central de ton existence, à tel point, que l'essentiel de tes décisions, nécessitaient au préalable, pas moins que son approbation, sans quoi, tu préférais tout simplement ne rien daigner du tout. Le fait était que tu aimais ce dernier aveuglément, quitte même, à aller jusqu'à outrepasser certaines de tes convictions les plus ancrées. Le mariage programmé dans les heures à venir, demeurait plus que jamais la preuve flagrante des raisonnements que tu t'époumonais indéniablement à avancer. Après tout, tu n'avais jamais été une partisane de ce genre d'union sous n'importe laquelle de ses formes, mais forcée de constater que depuis que tu le côtoyais, les circonstances avaient fondamentalement changé. Visiblement, tu avais même été la première à te précipiter à l'intérieur de la bâtisse où se trouvait votre premier avion, qui vous mènerait jusqu'à Sydney. En l'espace de quelques minutes seulement, vous aviez franchi chacune des étapes indispensables vous permettant ainsi, de rejoindre votre salle d'embarquement où vous pourriez enfin, profiter d'une accalmie, même de courte durée. Ce fut d'ailleurs le moment que tu avais choisi, pour encercler fermement de tes deux bras, toute une partie de son buste, ton visage incliné vers le sien. Naissaient dès lors, et sans la moindre surprise, les prémices d'un désir, qu'il serait plus que jamais compliqué de réfuter, le tout, ne tenant qu'à votre unique volonté de ne pas céder avant même d'avoir foutu un pied à l'intérieur de l'avion. Et autant l'avouer immédiatement, ça semblait à première vue, plutôt mal engagé. « J'en sais rien, j'trouvé que ça sonnait plutôt menaçant, avant de le balancer à voix haute. » Déploras-tu faussement, épaules haussées. Ton épiderme frissonnant aussitôt au contact de sa main, venue habilement trouver refuge à hauteur de ta chute de reins, tu accusas également d'un discret mouvement en avant dans la foulée, bataillant intérieurement pour ne pas te laisser submerger par tes envies, bien trop envahissantes. Néanmoins, ce fut sans compter sur la détermination de ton amant à te voir chavirer la première, conscient mieux que personne, que les circonstances ne jouaient actuellement pas en ta faveur. « Dans ce cas précis, je préférerai ne rien imaginer. » Soufflas-tu à proximité de ses lèvres, tentant d'absorber au mieux, les sensations procurées par ses doigts, venus lascivement redessiner les pourtours de ta colonne vertébrale, les tiens se resserrant significativement autour de lui. Par chance, survenait l'annonce de l'ouverture de votre embarquement, ce qui permit sans plus tarder à ton attention de se recentrer sur le chemin à parcourir, plutôt que sur agissements relativement subjectifs de ton âme-soeur. Et à moins de temps qu'il n'avait fallu pour le dire, tu l'invitas à t'emboiter le pas parmi le corridor qui menait jusqu'à l'habitacle. Votre traversée ne prenant fin, qu'après avoir trouvé vos places respectives. Ta main lovée dans la sienne, ne s'en était détachée, qu'une fois que tu t'étais suffisamment assurée qu'il ne pourrait plus s'échapper, positionné quant à lui, côté hublot. Cette fois, tes doigts s'aventurèrent contre sa cuisse, rapidement rejoins par les siens, tandis que tu l'interrogeas au sujet de votre passif, véritablement chaotique. « Si toutes les autres étaient intéressées par toi, y avait peu de chances pour que je ne finisse pas par l'être non plus. » Raillas-tu, sous prétexte notamment, que tu étais rarement du genre à te conduire de façon identique à autrui. Généralement, il s'avérait difficile de faire l'impasse sur l'aspect clairement marginal de ta personnalité, bien que le concernant, tu avais fini par agir comme toutes les autres, en te laissant amadouer par ses charmes. Incité momentanément par l'un de ses bras venu tout bonnement l'envelopper, tu rapprochas ton corps du sien, dans la mesure du possible. Consciente là-aussi, que cet enlacement, en plus de ne pas le considérer comme totalement satisfaisant, engendrerait quelques tumultes supplémentaires à l'intérieur de toi. « Je pensais que l'un de nous serait mort avant. » Poursuis-tu, loupant rarement une occasion d'user d'un sarcasme, purement détonnant. Fallait reconnaitre, que Levi et toi, aviez été confrontés à un conflit particulièrement important, duquel, tu craignais qu'il ne parvienne pas à sortir indemne. Loin par définition de ce voyage qui ne visait qu'à vous unir définitivement. « Si je t'avais potentiellement envisagé marié, j'aurais toutefois, pas imaginé que ça serait avec moi. » Pour plusieurs raisons, certes, quelques-unes ne dépendant d'ailleurs, plus ou moins de toi, mais plus que tout, parce que l'anglais aurait pu consumer le restant de sa vie avec n'importe qui de moins tourmenté que toi. Puis vint dans la foulée, l'écho des premières annonces, formulées par les membres de l'équipage. Votre avion, s'avérait dorénavant sur le point de décoller. Ton visage positionné contre le sien, tes mains se mirent nerveusement à gesticuler contre les siennes, impatiente que ce premier vol de quelques heures à peine se termine, pour laisser la place, au suivant. « Putain, j'ai déjà envie de te sauter dessus. » Susurras-tu, tes vaporeuses cherchant manifestement la lueur de ses deux billes azurées, suffisamment lucide à l'idée que prendre sur toi, n'allait pas être une option envisageable. Votre premier avion ayant tout juste décollé, et amorcé son itinéraire, il s'avérait évident que les trois prochaines heures ne seraient qu'un vulgaire préambule, quant au calvaire des quinze autres qui restaient à venir. Le fait était que, tu avais littéralement vrillé nympho, et ça, tu ne le devais qu'à ton partenaire. Et quand bien même, tu avais toujours fait preuve de penchants plus ou moins incandescents, depuis que tu le fréquentais, les circonstances s'étaient octroyées une tournure ô combien, intense. Tu le désirais, partout, tout le temps, et surtout, au détriment du monde entier. Tu ne jurais plus que par lui, raison pour laquelle, vu de cette façon, cette union, n'avait rien de potentiellement déconcertant.  

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 10 Mar 2024 - 2:58


Et quand bien même leur histoire pouvait paraître extrême, il n’y avait rien de plus naturel pour Levi que d’aimer Sahar comme il le faisait, jusqu’à la déraison, sans limites, convaincu d’avoir trouvé en elle son âme-sœur. Jamais personne ne lui avait donné cette impression avant elle, plus que conscient du fait qu’elle le lui rendait plus que bien, à en voir la façon dont elle lui était dévouée, sans jamais relâché la cadence, l’aimant avec ses tripes. Ce qu’ils vivaient ensemble n’avait rien d’anodin, et ils étaient probablement les premiers à le savoir, en tant qu’acteurs principaux de leur propre histoire. Peu importait si ce qu’ils écrivaient ne ressemblait à aucune autre relation, que la leur dénotait du reste, convaincus que personne ne serait en mesure de comprendre l’intensité de ce qui les liait. Et il fallait croire que Sahar et Levi s’éloignaient de tout de qui pouvait s’assimiler à la normalité, sans même chercher à le faire exprès, outrepassant les règles dites conventionnelles, quitte à interloquer le reste de l’univers. S’aimer et s’isoler, il s’agissait probablement là de ce qu’ils faisaient de mieux, le prouvant une énième fois alors qu’ils avaient atteint les portes qui les séparaient de l’engin qui les mènerait à la première étape de leur périple. Et Dieu savait qu’il serait long, ce périple, mettant à rude épreuve une patience qu’ils ne maîtrisaient absolument pas, surtout lorsqu’il était question de s’abandonner à leurs désirs les plus intimes. « Tu m’attaches quand tu veux. » S’amusa-t-il à conclure, le regard ô combien joueur, ne cessant de briller alors que sa main s’était permise de se faufiler sous son vêtement, incapable de ne pas être tenté par son épiderme qu’il sentait frissonner sous ses douces allées et venues. « Pourtant ça en vaudrait le coup. » Susurra-t-il à son oreille, espérant pouvoir ouvrir un brasier en elle, à la hauteur de celui qui s’embrasait en lui, sans lui laisser le moindre répit. Sans même avoir à l’imaginer, Levi savait pertinemment que les heures à venir seraient interminables pour leurs corps débordant de désir, eux qui n’avaient définitivement pas l’habitude de se détourner de leurs instincts primaires. Presque heureusement, ce fut l’annonce de leur embarquement qui les sauva momentanément du précipice, les incitant à s’avancer vers le dernier filtre de sécurité juste avant d’accéder à l’avion. Il se laissa guider par sa moitié, leurs mains toujours étroitement liées, refusant de se quitter, même pour une seconde, Levi observant sa favorite s’installer après qu’il en ait fait de même. « Toi t’es pas comme les autres. Je l’ai vite compris. Et j’pensais que t’allais continuer de m’ignorer. » S’amusa-t-il, se remémorant sans mal la manière dont elle avait cherché à le repousser pendant des mois entiers, tout ça pour protéger sa relation de l’époque. Définitivement en manque d’elle, Levi n’avait pas hésité à écarter son bras, de sorte à lui permettre de se lover au plus près de lui, dès lors bien plus rassuré en percevant sa chaleur se mêler à la sienne. « C’est vrai qu’on en était pas loin. » Grimaça-t-il, bien conscient qu’ils avaient frôlé l’irréparable bien plus d’une fois, tous les deux impliqués dans des histoires sombres, qui avaient manqué de peu de les tenir séparés pour le restant de leurs jours. « Comme quoi, le destin est surprenant. » Conclut-il, le regard tourné vers elle, lui adressant un clin d’œil complice, ses lèvres pressant contre son front avant que les consignes de vol ne résonnent à travers l’appareil, jusqu’au moment où l’engin décolla de la terre ferme. « Tu sais qu’on a quelques heures, à tenir comme ça ? » Murmura-t-il, captant la malice de son regard bleuté, qui continuait de le faire chavirer même après des mois à l’avoir contemplé, en connaissant les moindres recoins par cœur. Et son visage à quelques mètres du sien ne l’aida pas à réprimer ses envies ravageuses de satisfaire sa partenaire de vie, ses vaporeuses s’arrêtant à hauteur de ses pulpeuses parfaitement dessinées, qu’il ne manqua pas d’effleurer des siennes, dans des mouvements lents et joueurs. « Tu voudrais pas m’embrasser ? » La tenta-t-il, ayant conscience que c’était souvent de là, que partaient leurs étreintes les plus fiévreuses, qu’ils n’étaient jamais parvenus à endiguer. « J’ai envie de te toucher. » S’écrasa son souffle contre le sien, sa main quittant la sienne pour s’aventurer plus haut sur sa cuisse, juste à l’instant où ils furent interrompus par le premier passage d’une hôtesse, leur proposant de quoi se désaltérer.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 10 Mar 2024 - 16:05

Votre complicité dépassait systématiquement l'entendement. Votre manière de vous apprécier, n'avait dans les faits, rien de moins anodin. Rythmée d'une impatience profondément palpable, votre histoire semblait à elle seule, détonner considérablement de toutes les autres. Attendre, ne s'avérait manifestement à la portée d'aucun de vous deux, et l'étape que vous étiez sur le point de réaliser, en était tout simplement, la preuve flagrante. C'était lunaire, et aux yeux d'une majorité, certainement déconcertant, cependant, il serait fabuler de prétendre que de l'opinion d'autrui, tu en avais potentiellement quelque chose à secouer. Tu n'allais définitivement pas changer d'avis, sous prétexte qu'autrui n'approuvait pas à votre folie passionnelle. Et si tu n'avais toi-même, pas toujours été convaincue, quant aux plans parmi lesquels tu t'étais très souvent engagée, cette fois, les choses s'avéraient particulièrement différentes. Épouser l'anglais sonnait dorénavant, telle une évidence à l'encontre de laquelle, il n'était certainement pas question d'aller, en témoignait notamment, la façon dont tu avais presque accouru en direction de la bâtisse où stationnait déjà, votre premier avion. Tu n'avais accordé à ton partenaire, strictement aucun répit, du moins, pas tant que vous n'aviez pas encore atteint votre salle d'embarquement. Tu le savais, votre précipitation ne changerait rien à l'horaire du vol, néanmoins, tu pourrais quand même te targuer d'avoir été à l'heure, profitant au passage de cette accalmie, même de courte durée pour recouvrer, dans la mesure du possible, à votre traditionnelle complicité. Et il aurait été mentir là aussi, d'affirmer que tu n'avais pas appréhendé le stratagème relativement peu éthique de ton amant, dont la main paraissait plutôt baladeuse, si on s'en tenait seulement à cette dernière. Déjà submergée par un désir que tu serais pas en mesure de réfuter des heures entières, ton supplice fut plus ou moins retardé, lorsque résonnait à travers la pièce, l'annonce justifiant de l'ouverture de l'embarquement pour tous les passagers. Ta main fermement liée à la sienne, tu t'étais surtout assurée de ne la lâcher qu'une fois arrivés tous les deux à vos places respectives. Peu soucieux visiblement des recommandations évoquées dans la foulée par les membres de l'équipage, votre besoin de proximité semblait s'être littéralement octroyé le dessus, en dépit de l'environnement plutôt inhabituel. Outre une complicité profondément évidente, ton corps blottie chaudement contre le sien, la situation s'avérait également propice aux confidences, conscients tous les deux, de revenir de loin. « Fallait pas que je craque aussi rapidement que les autres, autrement, tu aurais fini par te désintéresser de moi. » Et si tu semblais ouvertement arborer une moue plutôt détachée, le fait était que, tu n'en pensais pas moins. Si les circonstances ne furent pas non plus des masses opportunes te concernant, tu en savais également suffisamment à propos du barman à cette période, pour prétendre de ton côté, que tu n'aurais pas nécessairement fait partie de ses plans. Forcée de constater cependant, qu'entre ce que tu pensais savoir, et la réalité, il existait parfois un monde. Acquiesçant d'un vague hochement des épaules en guise de réponse, nul doute effectivement, que vous n'aviez durant un temps, cessé de frôler dangereusement le bord du précipice. « Un mois j'te retrouve la gueule cassée à l'hôpital, le suivant, c'est direction Vegas. En effet, c'est surprenant. » Poursuis-tu, sans jamais te départir de ton sarcasme. Si on t'avait effectivement glissé l'hypothèse pour que les conjonctures finissent ainsi, par évoluer, tu aurais très certainement éclatée de rire, avant de passer à autre chose quasi-immédiatement. Personne, même pas toi, serait possiblement allé(e) jusqu'à envisager cette éventualité pour que tu développes une addiction supplémentaire à un autre être humain. Et à en témoignait la manière dont tu commençais déjà à te mouvoir sur ton siège, l'avion ayant tout juste décollé, tu n'étais malheureusement qu'aux prémices de de ton calvaire. Ton visage positionné à quelques centimètres seulement du sien, Levi pourrait sans mal y deviner la lueur de plus en plus implorante, venue inopinément traversée tes iris, tandis qu'il pointa volontairement du doigt la durée de vos trajets. « Et t'es le mieux placé pour savoir que je serai incapable de tenir. » Susurras-tu à hauteur de ses pulpeuses, qui de leur côté, se jouaient déjà considérablement des tiennes. Ton faciès reflétant le trouble, les mots employés par ce dernier, ne firent soudain qu'accroitre le brasier qui pulsait inlassablement au creux de tes entrailles. « Pourquoi tu le fais exprès comme ça? » Vins-tu faiblement renchérir, avant que ta bouche ne vienne percuter la sienne de plein fouet, désespérément incapable, de lui résister. Mais alors que sa main parut spontanément se détourner de la tienne, un vent de frustration s'était aussitôt amorcé, avant de réaliser qu'elle n'avait fait que dévier en faveur d'un endroit, mille fois stratégique. Alors que tu tentas potentiellement d'afficher une mine aussi neutre possible, les mouvements de ton visage, même discrets, ne laissèrent peu de place au doute quant à ce que tu ressentais en marge de ce simple contact, et ça avait été là aussi, sans compter les mots de ton favori, qui manquèrent cruellement de te faire défaillir. « Fais-le. » T'exclamas-tu, déplorant au même instant la présence de l'hôtesse, à laquelle tu ne pris même pas la peine de jeter l'équivalent d'un vulgaire coup d'oeil. Non seulement elle venait de t'interrompre, mais elle ne détenait en sa possession, pas l'ombre d'un alcool, quel qu'il soit. Forcée de constater que tu n'étais déjà plus en état de faire dans le social, même pour assurer un échange minimum. Quel n'avait pas été ton soulagement d'ailleurs en la voyant s'écarter de vous deux, ta main se positionnant aussitôt contre celle de ton amant, à mesure que tu peinais à rester immobile sur ton siège. « Les avions ne devraient pas disposer d'hôtesses, seulement pour cette raison. » Raillas-tu sèchement, tes lèvres s'empressant dans la foulée de recouvrer vigoureusement aux siennes, ton corps cherchant au même instant à se rapprocher le plus possible du sien. « Faut vraiment que cet avion se dépêche d'atterrir, ou j'vais pas pouvoir te promettre de ne pas te désaper d'ici-là. » Manque de bol vous étiez plus proche du décollage, que de l'arrivée, raison pour laquelle, il valait encore mieux que tu tentes, même péniblement de te ressaisir. Avec un peu de chance, le trajet se consumerait à vitesse folle, même si vous n'étiez pas à l'abri, que le prochain, lui, s'éternise.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 10 Mar 2024 - 19:13


L’univers entier pouvait bien s’opposer à leur union que Levi continuerait de remuer ciel et terre pour les voir accomplir leur destinée, eux qui n’avaient aucunement besoin de patienter des années pour prendre conscience qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Jamais personne ne l’avait touché aussi profondément avant elle, qui avait su caresser son âme d’une manière si particulière qu’il avait immédiatement compris qu’elle était celle qui le bouleverserait jusqu’à la fin des temps. Levi, il n’éprouvait aucune hésitation, plus que décidé à atterrir à Vegas où ils prononceraient leurs promesses d’éternité, dans un cadre bien décalé de ce qui se faisait habituellement, mais qui ne décrédibiliserait pas pour autant leur volonté de s’unir. Et en quelques minutes à peine, ils eurent déjà traversé la ville, déposant leurs animaux au passage pour pouvoir s’envoler l’esprit relativement tranquille, quand bien même ils avaient dû dissimuler la vérité au père de Sahar. Visiblement motivés par le but final de ce voyage, ils n’avaient pas perdu une minute pour s’élancer vers les premiers contrôles de sécurité, passant les étapes nécessaires pour se retrouver de l’autre côté des portes d’embarquement. Et pour la première fois, leur assiduité leur avait permis de prendre quelques minutes pour eux, pour recouvrer à leur proximité habituelle, Levi accueillant sa partenaire de vie dans le creux de ses bras, profitant de l’accalmie momentanée pour l’accabler de cette affection dont il débordait à son égard. Et sans même qu’ils n’aient besoin de le confirmer à voix haute, ils savaient aussi bien l’un que l’autre que les heures de vol à venir mettraient leur patience à rude épreuve, titillant leurs envies les plus tendancieuses qu’ils ne pourraient pas forcément assouvir dans un avion. Mains liées, ils ne laissèrent aucune distance s’imposer entre eux, jusqu’à pénétrer dans l’engin où ils prirent place sur leurs sièges attribués, leurs langages corporels confirmant sans aucun doute leurs besoins de ne jamais se lâcher. « J’crois que t’as juste pas idée d’à quel point tu me rendais déjà dingue à cette époque. » Avoua-t-il, nichant son visage contre sa chevelure, le temps d’un baiser protecteur, alors qu’il se remémorait parfaitement la relation platonique qu’ils avaient longuement entretenue avant d’admettre ce qu’ils s’étaient évertués à repousser depuis le départ. « On fait les choses différemment, c’est tout. » S’amusa-t-il, d’un ton tout aussi sarcastique que le sien, plus que conscient qu’ils avaient frôlé la mort de près l’un comme l’autre, s’attirant vers les profondeurs abyssales des ténèbres où ils avaient tenté de survivre comme ils l’avaient pu. Et c’était ensemble qu’ils en étaient ressortis, plus liés que jamais, leurs comportements à l’image de cet amour qui s’embrasait entre eux, Levi laissant l’une de ses mains jouer avec celle de sa promise, au même moment où ses lèvres vinrent tenter les siennes. « Comment on va faire, alors…? » Souffla-t-il, les pupilles déjà dilatées par la tension qui se tramait entre eux, Levi n’ayant aucune envie de calmer leurs ardeurs, suppliant sa moitié de succomber à ses lèvres. « Je fais rien du tout, j’suis en manque de tes lèvres. » Se justifia-t-il, ne se gênant par pour lorgner sur sa bouche parfaitement dessinée, jusqu’à ce que Sahar ne réponde enfin à sa demande, manquant de peu de défaillir sous l’intensité de leur échange, alors que sa main s’était détachée de l’emprise de la sienne pour venir se poser à hauteur de sa cuisse, plus tentatrice que jamais. Il esquissa un sourire empreint de malice devant l’impatience de la brune, sa main déjà partie pour effleurer des zones stratégiques de son anatomie avant que la présence de l’hôtesse ne vienne avorter sa tentative, l’incitant à récupérer les boissons qui leur étaient offertes pour le reste du trajet. « Tu dis ça parce-qu’elle a pas d’alcool ou parce-que c’est une femme ? » La taquina-t-il, s’intéressant de nouveau à la seule femme qui le faisait vibrer, sa bouche accueillant chaudement la sienne au détour d’un baiser enivré, sa main disparaissant de nouveau sous l’obscurité de son haut, effleurant son abdomen. « Tu voudrais que j’sois à poil devant tout le monde ? » Murmura-t-il, arquant un sourcil joueur, alors que sa paume remonta discrètement à hauteur de sa poitrine, profitant de la position de Sahar, presque entièrement tournée vers lui. « Tu crois que ça serait plus sage qu’on essaye de dormir un peu ? » Fit-il mine de demander, bien que le langage de son corps traduisait à lui seul toutes les envies qui ne cessaient de lui traverser l’esprit.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyDim 10 Mar 2024 - 21:59

Et même si votre but ultime semblait dorénavant à portée de main, ce fut pourtant sans compter les heures de vol, qu'il nécessitait. Autrement dit, vous demeuriez tous les deux soumis à une attente relativement insoutenable, et à laquelle tu ne cesserais plusieurs fois d'aller à l'encontre. Le fait était que tu avais potentiellement surestimé tes capacités à réfuter tes envies les plus primitives, d'autant plus, qu'il serait fabuler de prétendre que Levi, t'était dans ces moments-là, d'une aide particulièrement inestimable. Au contraire, il s'avérait le premier à stimuler tes ardeurs les moins contrôlables, pour mieux les appréhender à son avantage. Et le cas dans lequel tu trouvais actuellement demeurait une preuve flagrante du raisonnement que tu t'efforçais d'avancer. Le trajet tout juste amorcé, que ton corps peinait déjà considérablement à ne pas se mouvoir au rythme de ton impatience. Ton désir s'intensifiant à mesure des étreintes esquissées par ton amant à côté de toi, autant peut-être qu'au regard de ses propos minutieusement calculés, lorsqu'il s'adressait à toi. Et si votre passif relativement tumultueux n'avait en soi, rien de franchement excitant, c'était pourtant grâce à lui, que vous en étiez rendus à cette étape pour le moins conséquente de vos existences. Tes vaporeuses fixées momentanément en direction de ton partenaire, tu semblais littéralement faire l'impasse quant au reste des passagers. Désormais, seul lui, et les pensées profondément impures ne cessant inlassablement de te tourmenter, semblaient compter, le reste, de loin sans importance. Le visage crispé, tu luttais péniblement pour ne pas te jeter littéralement au cou de l'anglais, tandis que ses pulpeuses, usèrent elles-mêmes de provocation, en effleurant les tiennes. « Je pensais que tu aurais eu la réponse. » Soufflas-tu de manière lubrique contre sa bouche, avant d'entièrement te l'accaparer, à peine venait-il de terminer sa phrase. Mieux que personne, il restait le mieux placé Levi pour savoir, que tu ne t'arrêterais certainement pas à la présence d'autrui autour de vous, ô combien, tu en avais strictement rien à secouer de l'éthique et des formalités qui lui étaient attribuées, en témoignait notamment, votre attitude purement déplacée, lors du repas organisé par tes parents, pour les festivités de fin d'année. Ton palpitant loupant quant à lui un puissant battement, à l'instant même où l'une de ses mains, s'abaissa au niveau de ta cuisse. Bien que ce fut un écart rapidement écourté, sous prétexte notamment, de la présence de l'hôtesse venue directement vous interrompre, et que tu ne gratifias d'ailleurs, même pas de ce qui pourrait s'apparenter à un éventuel coup d'oeil. Ce que les gens oubliaient bien souvent te concernant, surtout lorsqu'ils ne te connaissaient pas, c'était à quel point, tu étais possiblement tout, sauf quelqu'un de bienveillant, davantage, lorsque la frustration s'était emparée de toi. Quel ne fut pas ton soulagement d'ailleurs, lorsqu'après son passage potentiellement éclair, cette dernière s'écarta de vos sièges, pour s'épancher sur le reste des voyageurs. « Les deux. Elle ose nous interrompre, et elle a même pas de quoi s'excuser pour. Tu trouves ça normal toi? » Autant l'avouer, tu demeurais carrément de mauvaise foi, en revanche, tu doutais que cet aspect de ta personnalité ne surprenne vraiment ton âme-soeur, qui s'était sûrement déjà acclimatée à tes excès de jalousie. Néanmoins, ton attention fut rapidement dissipée par ce besoin presque vital de renouer immédiatement à votre habituelle proximité, ton corps, pivotant sans plus tarder dans sa direction, la lueur tentatrice traversant soudainement tes iris, plus évocatrice que jamais, du brasier qui pulsait dangereusement au creux de tes reins. Et il relèverait d'un euphémisme d'affirmer que tu t'étais littéralement précipitée sur ton partenaire, tes lèvres percutant les siennes de plein fouet et par delà une avidité on ne peut plus évidente. « Non, mais j'ai déjà trop envie de toi pour ne pas envisager toutes les options. » Susurras-tu à proximité de son visage, tandis que ton corps, qui cherchait visiblement à se rapprocher du sien, amorça des mouvements frénétiques dans la foulée. Et autant l'avouer, ça n'irait certainement pas en s'arrangeant, si on tenait compte de ses doigts, venus habilement trouver refuge à l'intérieur de ton accoutrement, jusqu'aux prémices de ton sous-vêtement. Ton front dorénavant plaqué contre le sien, tes lippes effleurèrent les siennes à maintes reprises sans pour autant aller jusqu'à lui dérober une quelconque étreinte. « Tu as conscience que depuis que j'te côtoie, j'suis plus capable de me tenir? » Et ce n'était définitivement rien de le dire. Si l'équivalent de trois heures de vol te semblait interminable, qu'en serait-il, concernant le prochain? « Si c'est ce que tu veux.. » Vins-tu renchérir, faussement unanime quant à la solution suggérée par ton humain favori. Mais ce fut bien entendu sans t'assurer au préalable de le faire plus ou moins languir, ton visage disparaissant immédiatement à l'intérieur de son cou, dans l'espoir notamment, de l'acculer de quelques attentions bien trop affectueuses. Forcée de constater que dans le pire des cas, tu ne t'avérerais pas aussi conciliante le trajet suivant.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind
Revenir en haut Aller en bas
grand kangou
Levi Wheeler
Levi Wheeler
POINTS : 3
MESSAGE : 22029
ICI DEPUIS : 18/06/2018
CRÉDITS : fürelise (av), awona (sign), ellaenys (icons), cheekeyfire, ethereal (gifs)

STATUT : it beats. it breaks. it loves. it aches. for you. only you. (married to sahar ♡)

Feuille de personnage
∞ mes liens:
⇢ à propos de moi
: pur produit londonien, son accent le trahit presque automatiquement ‹ enfant unique, pressenti pour devenir l'héritier de l’entreprise familiale, prisonnier d’un destin imposé ‹ il a fui une première fois londres à ses dix-neuf ans pour les états-unis, en quête de liberté ‹ il y a mené des études de psychologie et d’art-thérapie ‹ méfiant maladif du monde extérieur depuis que la première fille dont il est tombé amoureux a joué les infiltrées pour son père en l’échange d’un joli chèque ‹ il a déjà vécu à bowen entre 2015 et 2017 ‹ levi, il a tendance à vivre à mille à l’heure, capable de se passer de nuits entières de sommeil, à tel point qu'il a souvent recours aux aides chimiques pour s'endormir ‹ passionné par les arts, il passe une bonne partie de son temps à libre à dessiner et à peindre ‹ sa situation l’oblige à rester discret depuis son retour à bowen, conscient des risques qu’il encoure en ayant fui une énième fois.
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyMar 12 Mar 2024 - 0:54


Il n’existait sans doute pas une façon suffisamment juste de décrire la passion qui brûlait entre eux, celle qui avait éclos sous leurs yeux, en l’espace d’une nuit au cours de laquelle ils avaient tous les deux réalisé à quel point ils avaient lutté contre une évidence qu’ils ne pouvaient dorénavant plus réfuter. Et il fallait croire que Levi avait pris goût plus que de raison à jouer avec les flammes de leur désir, incapable de se passer des envies qu’il parvenait à lire dans le regard profondément troublant de sa favorite. Parce-qu’il aimait savoir qu’ils se voulaient jusqu’à la déraison, partageant ce besoin irrépressible d’être ensemble, à chaque seconde, crevant de manque dès que l’autre disparaissait de leur champ de vision. Et quand bien même ils se retrouvaient dans des situations peu propices à l’expression de leurs instincts primaires, ils semblaient s’enfermer dans leur bulle protectrice, se cherchant comme s’il n’y avait qu’eux dans l’univers, leurs corps s’attirant comme des aimants incapables de se détacher l’un de l’autre. « Absolument pas. Et ça te plaît encore plus. » Murmura-t-il, le ton aussi enjôleur que possible, reflétant à merveille la façon dont ils improvisaient dès lors qu’ils étaient ensemble, se laissant porter par leurs envies les plus tendancieuses. Parce-que Levi était le premier à savoir que s’ils continuaient sur cette voie-là, il serait très certainement le premier à lui succomber, sa main amorçant déjà les hostilités en glissant jusqu’à sa cuisse, remontant lentement jusqu’à des endroits bien plus stratégiques avant que l’hôtesse ne vienne les interrompre, pour leur proposer des boissons. Interrompu dans son rapprochement brûlant, Levi s’était fait percuter de plein fouet par la frustration, en reconnaissant l’écho dans le regard de sa partenaire qui comme lui, semblait regretter le passage de la professionnelle. « Tu veux que j’lui demande si elle a des options plus fortes dans ses boissons ? » Proposa-t-il, bien qu’il se doutait que Sahar ne le laisse perdre davantage de temps à s’adresser à une parfaite inconnue alors qu’ils crevaient littéralement d’envie de s’isoler du reste du monde. Il s’était d’ailleurs assuré que personne ne soit dans les parages pour reprendre les choses là où il les avait laissé, la dévorant du regard pour lui faire comprendre combien il la désirait, avant que leurs lèvres ne se percutent la seconde suivante, valsant au rythme d’une danse effrénée qui n’était une fois encore qu’une preuve infime du tumulte qui se jouait en eux. « J’passerai pas quinze heures sans te faire l’amour bébé. » Répliqua-t-il, d’une voix décidée, conscient qu’il ne parviendrait pas à patienter comme ils se le devaient,  sans l’aimer de la manière la plus pure qui soit. Levi, il en était presque agité, le cœur tambourinant à l’intérieur de sa cage thoracique qui ne demandait que Sahar, continuant d’aggraver la situation en faisant glisser sa paume sous son vêtement, de sorte à se superposer à sa poitrine encore recouverte. « Ça a pas l’air de te déplaire. Et à moi non plus. » Joua-t-il, le regard plus joueur que jamais, ses doigts pressant davantage contre ses courbes, alors que sa bouche tentait de s’approprier la sienne, qui semblait lui échapper à chaque fois qu’il s’en approchait. « J’propose ça pour essayer de nous sauver la mise. » Se justifia-t-il, bien conscients qu’ils prenaient des risques assumés en se cherchant de la sorte, eux dont le comportement pouvait rapidement poser problème s’ils continuaient de se pousser à bout, jusqu’à franchir les limites de l’acceptable. Son bras toujours autour de son corps, il resserra davantage son étreinte, la rapprochant de lui autant que possible, avant que son corps ne vibre au contact de ses lèvres dans le creux de son cou, s’agitant de manière bien trop passionnées pour être innocentes. « Sahar… » Souffla-t-il, se mordant discrètement la lèvre dans la foulée, ses doigts pressant à hauteur de ses flancs, alors qu’il subissait les pressions délicieuses de son âme-sœur. « C’est pas fair-play ça, bébé… » Chuchota-t-il, les paupières closes sous l’effet que lui procurait le mouvement calculé de ses pulpeuses.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
crawl into your
soul
Revenir en haut Aller en bas
https://www.aa-retro.com/t25041-lwheels-instagram-de-levi
grand kangou
Sahar Essaïdi
Sahar Essaïdi
POINTS : 0
MESSAGE : 9418
ICI DEPUIS : 26/11/2021
COMPTES : αucun.
CRÉDITS : lαbonαirs (αvαtαr), vocivus, gif (profil). αlcαrα, αll-souls, cheekeyfire, code & gifs (signα).

STATUT : mαrried to levi. ♡
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 EmptyMar 12 Mar 2024 - 14:32

Tu n'étais tout simplement pas au bout de tes peines, parfaitement lucide notamment, quant à l'éventualité pour que les heures de vol toutes confondues, ne s'avèrent ainsi comparable, à un calvaire relativement insoutenable, qu'il te faudrait endurer, plus ou moins sans broncher. Et outre, tes comportements les plus addictifs, essentiellement caractérisés par un manque profondément conséquent, tu restais également soumise aujourd'hui, à tes envies les plus subjectives à l'égard de ton partenaire. T'ignorais comment humainement, il était possible de désirer autrui si intensément, au point qui plus est, d'en égarer la plupart de tes moyens. Le mieux était encore d'espérer que tu puisses te ressaisir dans les plus brefs délais, mais ce fut là aussi, sans compter sur la détermination de ton amant à te voir chavirer la première. Et dieu savait, qu'il n'aurait été qu'à quelques secondes d'atteindre ses objectifs, si l'hôtesse elle-même n'était pas venue vous interrompre dans la foulée. La moue particulièrement condescendante que tu arboras en sa présence, laissant clairement sous-entendre, à quel point, tu aurais effectivement préféré qu'elle s'abstienne. Sans jamais lui décrocher un mot, tu fus toutefois contrainte de patienter jusqu'à ce qu'elle ne daigne suffisamment s'écarter de vos sièges, vociférant les secondes qui suivirent, à l'encontre de cette dernière. « Toi, tu demandes rien à aucune de ces nanas. » Vins-tu aussitôt t'exclamer, visiblement incapable de lui dissimuler une jalousie profondément palpable, tandis que tu semblais déjà remontée contre le passage inopiné de cette dernière, juste avant. Tu ne perdis d'ailleurs, pas de temps avant de réitérer votre promiscuité, te précipitant contre les pulpeuses de ton amant, que tu percutas littéralement de plein fouet. « Et comment, tu comptes faire, dans ce cas? » L'interrogeas-tu, tes vaporeuses soudain traversées d'une lueur plus tentatrice que jamais, n'aspirant même plus à lui dissimuler les mouvements frénétiques de ton corps, qui cherchait quant à lui, un moyen toujours plus prononcé de se rapprocher du sien. Et autant l'avouer, cette main venue inopinément trouver refuge à l'intérieur de ton vêtement, ainsi qu'à hauteur stratégique, n'irait définitivement pas en atténuant le brasier qui venait manifestement de gagner en intensité. « Disons que c'est plutôt problématique, quand y a pas moyen d'aller jusqu'au bout. » Murmuras-tu chaudement contre sa bouche, que la tienne ne fit qu'effleurer à maintes reprises, sans jamais véritablement allait jusqu'à se l'accaparer complètement. Sans surprise, tu fis ouvertement allusion aux conjonctures actuelles, frustrée de ne pouvoir approfondir davantage vos étreintes, dans l'espoir de ne former qu'une seule et même entité d'ici peu. Cependant, et preuve de l'effet purement indéniable qu'il te procurait à chaque fois que ses doigts parcouraient ton épiderme, lorsqu'un soupir, même tout juste audible venait d'échapper à ta vigilance dans la foulée. Vous aviez tous les deux pleinement conscience du risque indéniable que représentait votre impatience, les problématiques susceptible d'immédiatement s'offrir à vous, dans le cas où autrui, finissait par vous suspecter d'agir de façon tout à fait déplacée. Pourtant, rien ou presque, ne semblait en mesure de vous détourner de cette folie passionnelle. À peine Levi, avait-il suggéré de prolonger votre nuit, affirmant notamment, que c'était encore la solution la plus raisonnable, qu'il rapprocha paradoxalement de lui-même, ta carcasse de la sienne. De là, ton visage disparu sans délai, au creux de son cou, acculant sa chair avec insistance, d'une multitude d'attentions. Et autant l'avouer de suite, tu avais été rendue la première satisfaite en distinguant les mots prononcés par ton favori, auquel tu continuas de n'accorder strictement aucun répit. « C'est pour toutes les fois, où tu ne l'as pas été. » Susurras-tu, enjôleuse au possible, ta bouche le gratifiant d'affection toujours plus appuyées, avant de finalement dévier à hauteur de sa mâchoire sur laquelle tu parues considérablement t'attarder. « Peut-être que tu as raison. Fermer l'oeil, ne sera pas une si mauvaise idée, en fin de compte. » Vint naturellement se permettre, celle qui n'avait jusqu'ici cessé de le provoquer, le corps continuant fébrilement d'onduler contre le sien, tant le désir en était devenu tout bonnement ingérable. « Faut qu'on arrive à tenir jusqu'au prochain vol. » Dis-tu, ton front plaqué contre le sien. Si on s'en tenait à l'horloge affichée sur l'écran de ton téléphone, vous n'étiez plus qu'à deux heures de votre première escale, tout au plus. De ce fait, tu fis toi-même le choix de rompre péniblement à votre proximité, pas excessivement non plus, mais suffisamment en tout cas, pour recouvrer à une posture décente. « Ça aurait quand même été plus pratique, d'inventer la téléportation. » Raillas-tu une nouvelle fois, avant que ta tête ne vienne heurter son épaule pour en faire un appui de fortune, ce qui te permettrait éventuellement de sombrer jusqu'à l'atterrissage, en espérant que Levi, soit parvenu de son côté, en faire de même. Ça te coûtait Sahar, envahie toi-même par un vent frustration tout simplement indescriptible, cependant, toutes les options restaient envisageables, au risque, d'en devenir un peu trop incontrôlable.

__________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
echoes of your name inside my mind


Dernière édition par Sahar Essaïdi le Mer 13 Mar 2024 - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: take my hand, take my whole life too (sahar)   take my hand, take my whole life too (sahar) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
take my hand, take my whole life too (sahar)
Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» life pouring from my hands like dust (sahar)
» let me take your hand, i'll make it right, i swear to love you all my life. (niels)
» sahar's phone.
» @sahar.esd (instagram)
» sahar's phone.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ à l'ancienne  :: walking in the city :: see something else :: le monde-
Sauter vers: